Règlement du cimetière
Inscription des personnes vulnérables
Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine naturel > Ces plantes qui menacent le patrimoine naturel
Ces plantes qui menacent le patrimoine naturel

Tout savoir sur l'ambroisie (Ambrosia artemisiifolia)

Ambroisie

Un peu d'histoire

Originaire du continent américain, l'ambroisie est apparue sur le sol français vers le milieu du XIXe siècle, sans doute à la faveur d'une cargaison de graines de semences en provenance des États-Unis.
Mais sa présence s'est accrue lors de la première guerre mondiale : les besoins en chevaux étaient tels que des animaux ont été achetés en provenance du continent américain . Ceux-ci sont arrivés avec du fourrage contenant des semences d'ambroisie. Un phénomène aggravé par les troupes alliées qui ont amené leurs propres chevaux. Elle s'est d'abord répandue autour des habitations et le long des cours d'eau, puis s'est étendue par la suite avec la mécanisation aussi bien dans le milieu rural, agricole, qu'urbain.
 

Une plante invasive

C'est une plante invasive qui s'installe sur les terres dénudées et inoccupées. Elle envahit surtout les plaines et les régions de basse altitude. Peu de sols lui résistent, la texture et la composition du sol n'ont pas d'impact sur son développement. L'ambroisie pousse très vite et présente une grande tolérance aux stress écologiques (sécheresse, salinité...). Ses graines peuvent rester viables plus de dix ans dans le sol, ce qui rend sa gestion complexe.
Plante annuelle, son cycle de graine à graine s'accomplit en une saison. Elle sort de terre dès fin avril puis pousse assez lentement jusqu'en juillet. Les inflorescences se forment assez vite et viennent à maturité vers mi-août. En septembre, l'ambroisie atteint son pic pollinique.
C'est le pollen, emporté par le vent, qui est particulièrement allergisant. Ce dernier peut transporter le pollen d'ambroisie sur plus de 100 km.
Sa pollinisation dure jusqu'en octobre. A cette période de l'année, les fleurs femelles fécondées donnent des graines. Ces graines mûrissent et tombent sur le sol. Celles-ci assureront les générations futures.
 

La plante gagne du terrain

Actuellement, l'ambroisie progresse fortement dans différentes régions. Si le quart Sud-Est de la France est le plus touché avec notamment la vallée du Rhône, d'autres secteurs comme le Poitou Charente, les Pays de Loire, le Centre ou encore la Bourgogne commencent à être infestés. Les spécialistes s'accordent à dire que la plante a désormais envahi une zone allant de Bordeaux à Bucarest. La disparition de gels précoces au début de l'automne qui permettaient d'empêcher son extension lui permet désormais de s'étendre vers les régions plus au nord.

 

Présente en milieu ouvert

L'ambroisie se développe dans des milieux ouverts non enherbés comme les chantiers, les bords de voies de communication, mais également dans les grandes cultures de printemps comme les champs de tournesol.

Un problème sanitaire qui coûte cher à la collectivité

L'ambroisie est unanimement reconnue comme un problème sanitaire, environnemental, agricole et d'aménagement du territoire (Étude 2008 de l'Observatoire Régional de la Santé menée auprès des conseils généraux de la Drôme, de l'Isère, du Rhône, de Savoie et des Chambres d'agriculture de la Drôme et de l'Isère).
Le pollen de l'ambroisie provoque des réactions allergiques chez de nombreuses personnes : 6 à 12 % de la population est sensible à l'ambroisie. Il suffit de 5 grains de pollen par mètre cube d'air pour que les symptômes apparaissent. L'ambroisie possède un fort pouvoir allergisant (de niveau 5, soit le maximum sur l'échelle de mesure du caractère allergisant des pollens).
Les coûts de santé générés sont estimés entre 11 et 16 millions d'euros pour la région Rhône-Alpes (Étude de l'Agence Régionale de Santé sur les coûts de l'ambroisie en région Rhône-Alpes pour l'année 2012).

Les symptômes

Les plus courants sont de même nature que le rhume des foins. Ils prennent plusieurs formes :
RHINITE : nez qui pique, coule, éternuements
CONJONCTIVITE  : les yeux sont rouges, gonflés, larmoyants et ils grattent
TRACHÉITE : toux sèche
ASTHME : difficulté à respirer, parfois très grave chez les personnes sensibles
URTICAIRE, ECZEMA : atteintes cutanées (rougeurs, boutons, démangeaisons)
 
 

Dates d'apparition

Alors que les classiques rhumes des foins apparaissent en mai-juin, les allergies provoquées par le pollen d'ambroisie sont beaucoup plus tardives : elles commencent en général vers la mi août et peuvent se prolonger jusqu'en octobre, avec un maximum d'intensité en septembre.
A cette période, l'ambroisie est la principale cause d'allergies. Le diagnostic est donc assez facile à poser dans les régions où la plante est présente, ainsi que dans les zones où le vent est capable d'apporter du pollen.

Que faire si j'en vois ?

- Sur ma propriété : je l'arrache !
- Hors de ma propriété et sur un terrain public, s'il y a seulement quelques plants : je l'arrache !
- Hors de ma propriété, s'il y en a beaucoup :
   . si c'est sur ma commune : je peux prévenir directement mon élu référent (voir plus bas) ;
   . où que ce soit en France : je signale la zone infestée grâce à SIGNALEMENT AMBROISIE.
 

L'ambroisie à Vaulnaveys le Haut en 2014

Conformément aux mesures prévues par le deuxième Plan Régional Santé-Environnement (PRSE2), le Conseil Municipal a désigné lors de sa séance du 12 juin 2014 un élu " référent communal Ambroisie ". Ce dernier est en charge de l'information de la population, du repérage cadastral des parcelles infestées et de leur signalement aux autorités, de la coordination et du suivi des actions à mettre en place conformément à l'arrêté préfectoral prescrivant la lutte préventive et la destruction de l'ambroisie, tant sur le domaine public que privé.
C'est dans ce cadre que cette année 2014, un signalement de présence d'ambroisie en fleurs le long de la route départementale RD5E (entre Uriage et Brié & Angonnes) a été effectué début septembre par le référent communal sur la plate-forme interactive de signalement de l'ambroisie en Rhône-Alpes. Dans la foulée, cette information a également été transmise aux services concernés du Conseil Général de l'Isère.
Quelques jours plus tard, les accotements où se développaient les plants d'ambroisie ont été fauchés (afin d'en éviter la grenaison) par le service chargé de l'entretien des routes départementales.

Ressources

Votre référent communal Ambroisie : Yves ARGOUD-PUY
En cas de suspicion de présence d'ambroisie, n'hésitez pas à le contacter au 06 01 82 63 54, à lui envoyer un courriel à l'adresse yap.montgardier@cegetel.net ou laisser un message à son intention en mairie.
 

Mairie de Vaulnaveys le Haut 584, avenue Uriage - 38410 Vaulnaveys le Haut - Téléphone : 04 76 89 18 05 - courriel

Accueil