Règlement du cimetière
Inscription des personnes vulnérables
Accueil > Culture et patrimoine > Histoire et patrimoine > Le moulin de la ville
Le moulin de la ville

La roue du moulin de la Ville

Avec la roue du moulin, tournait, battait le coeur du village...

Le moulin de « la Ville », c'est toute une histoire ! Une histoire faite des rapports entre une force vive, l'eau, et une technologie, entre une communauté rurale et ses meuniers. Une histoire du quotidien faite de sueur et de farine, de travail et de pain. Avec la roue du moulin, c'est donc tout le coeur du village qui tournait, battait au rythme des jours.

Le moulin de la Ville

L'eau : une force sauvage à domestiquer

L'eau est fournie dans notre commune avec prodigalité par la montagne. Elle jaillit et dévale avec puissance dans la combe du Vernon ou de la Gorge. Pour vous en convaincre, promenez-vous un matin de printemps en contrebas de la Chartreuse de Prémol et écoutez... Cette eau, voilà la force que nos anciens ont su utiliser, il y a maintenant longtemps, pour faciliter leur labeur quotidien. Si l'Ours est inscrit dans le blason de notre commune, c'est, au delà de la légende, peut-être parce qu'il symbolise la nature sauvage et rude qu'il fallait sans cesse que les communautés montagnardes sachent domestiquer et conquérir pour vivre. Souvent cette eau a quitté son cours et tout détruit sur son passage... Ainsi en 1751, le Vernon ravagea Saint Georges, en 1758 le même torrent dévasta une partie du domaine des Alberges. En 1783, une « foudre d'eau » causée par un éboulement à Prémol détruisit 17 maisons et leurs granges. Ces dégâts se poursuivirent au XIX° siècle jusqu'à cet automne 1960 où un nouveau débordement du Vernon provoqua encore beaucoup de dégâts à Saint Georges.
  

Moulin de la Ville : détail de la machinerie

Une merveille de technologie

Le moulin dit de « la Ville » se situe au bord de la grande route dont le tracé date de 1845. Le moulin est en pierres laissées apparentes, couvert de tuiles mécaniques et percé de peu d'ouvertures. Il comporte une habitation pour le meunier. Il se présente comme un grand rectangle bordé d'une autre construction perpendiculaire, de la roue et d'une avancée en bois formant loggia fermée. L'intérieur et la couverture ont été totalement refaits après un très grave incendie qui a ravagé le bâtiment vers 1900. La roue reçoit l'eau du ruisseau de Prémol, prise en amont et amenée par un canal de fer presque horizontal qui, du fait de la pente, arrive porté par des piles de pierre au dessus des pales de la roue. Avec ses engrenages, sa machinerie, c'est toute une merveille de technologie patiemment améliorée par nos ancêtres. Seules sont anciennes la roue et les meules de pierre qui proviennent des carrières de Quaix vers 1710 et utilisées en gisant. Les meules constituaient un tournant et depuis 1825 le moulin de la ville possédait deux tournants ; la bluterie apparaît vers 1850.

Axe d'entrainement du moulin de la Ville

Toute une histoire !

Il semble, d'après les renseignements puisés dans les archives du Syndicat du Moulin, que l'on puisse faire remonter au XIVème siècle sa création. En effet, dès 1328, il fait partie sous le nom de « moulin de la ville » des 6 moulins signalés sur les torrents de la Gorge et du Vernon. Tous appartiennent au dauphin qui les cède à des vassaux et ceux-ci en vendent les rentes. Parmi les différents bénéficiaires des rentes de ces moulins, on note, Noble Jean FAURE de Vizille, en 1390 Noble Jean RUYNAT, en 1435 Noble Georges du MOTTET, seigneur de Séchilienne, en 1461 la famille de RUYNAT de nouveau. En 1695 ces moulins passent à Noble Joseph de VALLIN, seigneur de ROSSET qui en vend les rentes à la Chartreuse de Prémol moyennant le prix de 4 000 livres. Il n'en reste d'ailleurs plus que trois à cette époque dont celui qui nous intéresse.Tous ces moulins ont toujours été banaux, c'est-à-dire soumis à une redevance au seigneur moyennant laquelle leur usage était public mais obligatoire pour les habitants de Vaulnaveys. Ces derniers devaient en outre concourir aux réparations et fournir des charrois de boeufs.A la Révolution, ces moulins deviennent biens nationaux et le moulin de la ville est acquis par MURE de LARNAGE. Le 11 mars 1807, il passe aux mains d'André BOURG, conseiller municipal et receveur de la commune de Vaulnaveys, pour la somme de 19 000 Francs. Les propriétaires se succèdent : en 1855, c'est MERMIER de Vaulnaveys, puis sa fille par héritage jusqu'en 1890, ensuite pour 2 ans à JEYMOND avant de passer aux FINET d'Herbeys. En 1906 se crée un syndicat qui le loue puis l'achète en 1912 pour la somme de 12 600 Francs. En 1936, il travaillait encore 5000 quintaux de blé de la commune ou des communes voisines.

Le moulin de la ville

Le symbole d'un monde rural

René Armand, qui a été le dernier Président du syndicat du moulin de la Ville en témoigne : « On faisait du blé, on avait un coffre qu'on gardait pour nous pour faire le pain, parce qu'on achetait pas le pain, personne achetait le pain. On en gardait un temps et le reste on le vendait. J'ai été le dernier président du syndicat du moulin de la ville. Il y avait 7 communes qui en faisaient partie. On tournait à plein bras, jour et nuit. Il faisait du blé à façon pour les gens et le meunier était salarié du syndicat. Les gens amenaient leur blé et repartaient avec la farine et le son. On payait une cotisation au syndicat plus tant par kilo. On faisait la queue des fois là bas comme quand ceux de Mésage venaient. Ils venaient avec un cheval et un char. Ils se groupaient. Il y en a qui allaient avec le brouette, ceux qui étaient pas loin, ça évitait d'atteler les vaches ou de mener le cheval. Le roue du moulin a tourné jusque dans les années 60 ».Ce symbole d'un monde rural révolu, il aurait été dommage de le détruire, de l'effacer de nos mémoires. C'est pourquoi, suite à son acquisition par la commune de Vaulnaveys-le-Haut le 26 mars 1997, il a été confié en 2003 à la Communauté de Communes du Balcon de Belledonne qui étudie les conditions de sa restauration, avec d'autres fonctions, d'autres activités, d'autres habitants. L'histoire de notre village, ce n'est pas du passé. C'est ce que nous faisons de ce passé pour imaginer notre avenir. En restaurant ce moulin, c'est un peu du coeur de notre ancien village qui battra de nouveau.

Mairie de Vaulnaveys le Haut 584, avenue Uriage - 38410 Vaulnaveys le Haut - Téléphone : 04 76 89 18 05 - courriel

Accueil