Règlement du cimetière
Inscription des personnes vulnérables
Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine naturel > La forêt
La forêt

Forêt indivise à Pré Gaudet

Interview de Philippe Favet de l'Office National des Eaux et Forêts

Pouvez vous nous présenter la forêt située dans notre commune ?

Le massif de Chamrousse part du fond de la vallée qui est à environ à 300 m et on monte jusqu'à Chamrousse qui est à 1700 m. Entre les deux, il y a la forêt qui est feuillue pour la partie la plus basse et résineuse pour la partie la plus haute. Cet étagement est fonction de l'altitude : plus on monte, plus il fait froid, plus la saison de végétation se raccourcit, donc les arbres changent. En bas on aura des feuillus (du châtaignier puis du hêtre), en haut on aura du résineux (sapin et épicéa). La limite de l'étage montagnard (zone de transition du feuillus vers le résineux) se situe entre 800 et 1000 mètres, c'est à dire au dessus du Fujaret, au niveau du Clos du merle. Le massif est d'exposition ouest. Quand les nuages arrivent de l'Océan, Chamrousse les prend de plein fouet, ce qui veut dire que le versant sera très humide, bien arrosé. Cela est bon parce que il y a toujours une bonne alimentation en eau et cela convient très bien à l'épicéa et surtout aux sapins et aux hêtres.

Au niveau du sol ce sont des roches métamorphiques, des gneiss, c'est à dire des roches liées à la formation des Alpes. Quand elles sont fracturées, ce qui est la cas ici, on a des éléments fins et friables, donc un sol fertile et profond, et les arbres poussent bien.

Chartreuse de Prémol

Une forêt façonnée par l'histoire

Si la forêt est une production de la nature, elle est aussi façonnée par l'histoire des hommes. Quelle est l'empreinte de ceux-ci ?

Il faut remonter au XIIème siècle, époque où il y avait des droits d'usage sur la forèt. Pour se chauffer, pour construire, les gens avaient besoin de bois et ils avaient obtenu l'usage d'aller se servir chez le seigneur du lieu. A la Révolution, ce qui était la propriété des Chartreux, est devenu la forêt domaniale (c'est à dire propriété de l'Etat) de Prémol. Cette forêt domaniale d'environ 400 hectares est donc devenue propriété de l'Etat. D'autres forêts sont devenues propriété des communes avec deux cas de figures : certaines sont devenues propriété spécifique de la commune où elles sont situées. C'est la cas de la forêt communale de Vaulnaveys le Haut (d'une capacité d'environ 81 hectares). Dans d'autres forêts, il y avait des droits d'usage de plusieurs communautés villageoises : les gens avaient l'habitude d'amener leurs vaches pour paître, d'emmener leurs porcs pour manger les faines, de ramasser du bois. Celle-ci sont restées « indivises ».

C'est ainsi qu'est née la forêt « indivis » d'une surface d'environ 420 hectares, située sur la commune de Vaulnaveys-le-Haut mais propriété de manière indivise des communes de Brié, Herbeys, Vaulnaveys le Haut, Vaulnaveys le Bas.




Les différents aspects du patrimoine forestierSi on peut considérer la forèt comme un patrimoine issu d'une nature généreuse et de l'histoire, quels sont les différents aspects de ce patrimoine ?

De tout temps le bois a servi à se chauffer et à construire. Il y a donc une tradition très ancienne d'activité forestière. Localement il y a eu toute une activité forte de scierie qui utilisait directement ce bois. Cette activité a aujourd'hui moins d'importance mais tout le massif boisé a une vocation première de production de bois. Pour cet aspect de production, ce sont des considérations économiques qui priment. En résumé le prix du mètre cube de bois a baissé, et baisse de manière régulière ce qui est le propre de toutes les matières premières.

La forêt : une protection majeure

L'eau que l'on boit aujourd'hui à Vaulnaveys vient, pour partie, du captage de la forêt domaniale de Prémol, et d'autres captages sont faits dans la forêt communale. Si on boit de l'eau de qualité à Vaulnaveys, si on la paie peu cher, c'est parce qu'il y a un couvert forestier qui permet à l'eau de pluie d'être filtrée, d'aller jusqu'aux nappes phréatiques et ensuite de ressortir au niveau des failles où elle est captée par les hommes. Beaucoup de communes n'ont pas cette chance !

Imaginons que l'on supprime tout le versant boisé de Chamrousse, je pense que l'on aurait des surprises, en matière de qualité d'eau mais aussi en matière de protection. Il y aurait des problèmes de coulées de neige, des problèmes d'érosion. Erosion veut dire inondations puisque l'eau entraîne des particules minérales qui obstruent l'écoulement des lits des torrents. Ce rôle de protection de la forêt est majeur. De plus, quand on parle d'effet de serre, une chose très concrète réalisée par la forêt, c'est la fixation du carbone atmosphérique. Quand on roule en voiture, on dégage du Co2. La forêt fixe le CO2 sous forme de bois ou d'aiguille, elle contribue aussi à la production d'oxygène que l'on respire.

Enfin la forêt modèle le paysage. Le milieu dans lequel on vit souvent nous plait, il a un caractère donné. Le visage de Vaulnaveys est celui de la montagne. La forêt contribue à ce caractère par la biais des couleurs en matière de changement de saison, de couverture sombre en hiver. 
 

L'exploitation et les usages de la forêtComment est exploitée la forêt ? Faites-vous de la coupe à blanc ou ce que vous appelez de la futaie jardinée ?

Cela est très clair dans le plan de gestion : « la forêt forme une série unique traitée en futaie jardinée de sapins d'épicéas, et de feuillus maintenus dans un but cultural ». La futaie jardinée, c'est une forêt dans laquelle il y a des bébés, des enfants, des adolescents, des personnes adultes et des vieillards, il y a des arbres de toutes dimensions, du petit sapin jusqu'à la gaule, la perche, le bois qui fait 30 à 40 ou 60 centimètres de diamètre. Quand on enlève un gros bois qui fait 60 centimètre c'est pour dégager deux petits qui font 30 à coté ou de petits semis qui ont un à deux mètres de haut. Tout l'art du forestier c'est de faire en sorte que quand on enlève des gros bois il y ait déjà des petits qui soient présents. Pour que les petits viennent il faut que on les éclaire, qu'ils aient de la place. C'est une technique sylvicole qui permet d'avoir toujours un couvert forestier donc toujours une protection quand la pluie ou la neige tombent. C'est un choix que l'on fait en montagne. On n'y pratique pas la coupe rase.

La forêt fait l'objet d'usages très différents : n'y a-t-il pas quelquefois des conflits d'usage ?

C'est aux personnes de cohabiter de manière intelligente et plaisante. Les choses ont évolué. Au début du siècle, le dimanche les gens n'allaient pas beaucoup en forêt hormis quelques chasseurs. C'est différent aujourd'hui où la forêt est devenue une zone de loisirs. Dans les années 85-90 il n'y avait pratiquement pas de raquettes, maintenant il y en a beaucoup. Le VTT c'est pareil : 20 ans en arrière il y en avait pas, maintenant tout le monde en a un à la maison. La forêt est donc un milieu qui s'ouvre à d'autre activités et qui continue de permettre des activités traditionnelles comme la chasse ou la cueillette de champignon. Il faut faire en sorte que tout le monde puisse se côtoyer, chasseurs, ramasseurs de champignons, vététistes, chiens de traîneaux et promeneurs...



Le rôle de l'ONF

Quel est le rôle de l'ONF par rapport au propriétaire ?

A l'Office National des Forêts nous sommes des techniciens un peu comme un bureau d'étude. On connaît le milieu et nous sommes susceptibles de faire des propositions au propriétaire qui perçoit les recettes de son bien et engage les dépenses s'il y a des travaux à faire que ce soit pour entretenir un sentier, pour vendre une coupe de bois et bénéficier des recettes. La forêt; pour être entretenue, nécessite de pouvoir y pénétrer d'ou la création de routes mais pour qu'elle puisse bénéficier aussi au plus grand nombre en terme d'agrément il est utile que la limitation de circulation soit effective. Nous sommes assermentés et nous sommes susceptibles de mettre en œuvre toute la loi en matière de chasse, de pèche, de vérifier les permis, de faire respecter les arrètés de circulation qui sont pris par le préfet en concertation avec les maires. 

Le plan de gestion de la forêt communaleDélibération du Conseil municipal de Vaulnaveys-le-Haut du 12 décembre 2003.

"Le Conseil municipal approuve le projet d'aménagement forestier 2004-2018 tel qu'établit après débat avec la commission environnement par l'Office National des Forêts qui assure la gestion de la forêt communale pour le compte de la commune.

Le Conseil municipal est particulièrement attaché à pérenniser la forêt dans sa structure actuelle en veillant particulièrement à sa biodiversité et en assurant une gestion durable de ce patrimoine.

Pour cela, le Conseil municipal approuve notamment les objectifs suivants :
- Aménager la forêt sous la forme de futaie irrégulière par bouquets et parquets
- Produire du bois d'œuvre de qualité composé d'épicéa commun et de sapin pectiné avec une attention renforcée pour la production de feuillus précieux
- Récolter en moyenne à 304 m3 de bois par an tous les deux ans selon l'état d'assiette fourni dans le document d'aménagement.
- Mettre en œuvre une démarche de qualité afin d'obtenir la certification de la forêt
- Assurer l'accueil du public et concilier les différents usages de la forêt

Dans la mise en œuvre de ces objectifs il sera notamment veillé à :
- Assurer les opérations sylvicoles de régénération de la forêt tels que décrits dans le document et notamment en faveur des feuillus,
- Valoriser la commercialisation des feuillus,
- Réaliser les travaux d'entretien et d'aménagement de la forêt afin d'améliorer la desserte pour l'exploitation de certaines parcelles et l'aménagement d'aires de dépôt et retournement qui ne soient pas situés sur la CD 111.
- Assurer la bonne insertion du réseau de chemins mis à disposition de la CCBB
(depuis, Vaulnaveys-le-Haut fait partie de la Communauté de Communes du Sud Grenoblois) et l'aménagement de chemins complémentaires.
- Assurer la compatibilité entre l'exploitation, l'aménagement de la forêt et la protection des périmètres de captage du réseau d'eau potable et du réseau. "



Mairie de Vaulnaveys le Haut 584, avenue Uriage - 38410 Vaulnaveys le Haut - Téléphone : 04 76 89 18 05 - courriel

Accueil